A propos de la Compression de la Sole et l’Artère Circonflexe

A propos de la Compression de la Sole et l’Artère Circonflexe

Dans son documentaire vidéo « Equine Foot Studies », le Dr C. C. POLLITT nous présente de façon visuelle et donc très simplement des éléments de bio-mécanique et de physiologie rarement expliqués ou même démontrés.

NOTA BENE : L’extrait choisi est une simple expérience de laboratoire sur un pied mort « frais ». Il est réalisé sous une presse hydraulique (avec une pression d’une tonne), tandis que le système circulatoire est dérivé et contrôlé de façon artificielle (le sang y est remplacé par un liquide de contraste radiographique). Les conclusions sont donc à prendre avec des pincettes car ce n’est en aucun cas une véritable étude scientifique (dont l’ensemble du protocole est parfaitement connu et reproduit).

Voici la traduction du commentaire audio de la vidéo :
Sur ce spécimen, nous avons délibérément paré la paroi à l’excès. Et le pied porte donc tout son poids uniquement sur la sole. Nous allons montrer comment, dans ce cas, la troisième phalange coince le chorion entre la surface du sol et la troisième phalange qui descend. Un cheval qui doit porter son poids de cette façon ne reçoit aucun sang en pince par l’artère circonflexe et cela a des effets dévastateurs.

Quels sont donc les effets d’un parage invasif et à plat ou soustrayant totalement la paroi de l’appui ?

Pour un maréchal-ferrant, ce genre de démonstration peut paraître bien ridicule (résection de la paroi distale et parage invasif de la sole périphérique). On l’aura compris le « parage » de ce pied est donc une aberration en soi, ne représentant pas théoriquement la réalité.

Et pourtant il suffit hélas de faire un tour sur internet (et youtube) pour se rendre compte que des hurluberlus comme Pierre Enoff propose ce type « parage » comme étant une norme à atteindre…

Une fois un premier test réalisé pied-nu, l’opérateur ajoute un fer sans ajustures sous le pied, donc dans notre cas, directement en appui sur la sole. Pour s’assurer, d’un effet maximal de la démonstration, on remarquera qu’il aura une nouvelle fois paré la sole périphérique, ainsi que la sole primaire (observons la concavité artificielle).

Dans ces conditions, pouvons-nous réellement observer des choses intéressantes ? Oui, mais elles ne peuvent pas servir de preuves évidentes ou d’arguments tant le parage est invasif et le ferrage un simulacre de maréchalerie.

Toutefois cette vidéo nous montre clairement qu’un appui solaire intégral nuis au système circulatoire du doigt, elle devrait aussi nous faire comprendre d’un ferrage sans ajustures (ou serré avec des clous ou des pinçons) est préjudiciable physiologiquement pour les mêmes raisons.

Doit-on pour autant parer ou ferrer « long » pour rechercher un appui périphérique ? Bien sûr que non, dans toutes choses, la voie médiane est toujours la meilleure. Le pied du cheval à besoin de sa paroi pour diverses raisons (sinon elle n’existerait plus), et il a tout autant besoin de sa sole, intègre, saine et stimulée.

Si chacune des mauvaises techniques de parage/ferrage sont réalisées ensemble (parage invasif, ferrage serré, etc…), les effets seront dévastateurs à long terme :

  • Ostéite
  • Fracture
  • Atrophie de la sole
  • Abcès
Un « parage » type proposé par Pierre Enoff – Photographie du site EQUILibre®
Les commentaires sont clos.